magicsun mauritius ltd
Eureka La maison Creaole
Magicsun Mauritius Ltd Derrière les épais volets de bois qui filtrent la lumière, le salon de musique, la biliotheque d'Eugène, aux murs tapisses de porcelaine de la compagnie des Indes évoquent un passe révolu"
En savoir plus
magicsun mauritius ltd
Le jardin de Pamplemousse
Magicsun Mauritius Ltd Au coeur de l'île Maurice, le jardin de Pamplemousse est une invitation aux voyages: palmiers, lantaniers, camphriers, arbres éléphants, ... Le monde aventureux de Pierre Poivre, botaniste.
En savoir plus  
magicsun mauritius ltd
Chamarel
MagicSun Mauritius Ltd Cascade « romantique », sols intrigants et une nature paisible sont les atouts du parc de Chamarel. Il fait partie des circuits touristiques classiques.
En savoir plus  
 
ILE MAURICE - CULTURE

Malgré les différences, une chose est commune à tous les Mauriciens : leur langue, le créole. Le créole mauricien dérive du français mais il a évolué pour devenir une langue à part entière. Il est devenu, au fil du temps, la langue la plus parlée à l'île Maurice avant même le bhojpuri, créole à base d'hindi.

Le plus enrichissant, c'est encore de découvrir l'évolution de cette langue au cours du temps avec des expressions anglaises et françaises au milieu du créole "traditionnel". Néanmoins, rassurez-vous, on parle français dans tous les lieux publics, hôtels, restaurants, magasins...

Au milieu d'une douzaine de langues, telles l'anglais, le français, le hindi, l'urdu, l'arabe, le hakka, le mandarin, le marathi ou le gujerati, une langue, née des vicissitudes de l'Histoire, demeure le lien entre les différents groupes humains venus de plusieurs horizons. Elle est une co-création des colons, des esclaves et, à une moindre mesure, de peuplements ultérieurs à ces deux composantes de la population.

Considérée comme un patois, une langue du petit peuple, le créole fut rélégué aux marges des langues prestigieuses comme l'anglais et le français. Cependant, il fut réactivé par le séga, le folklore national du pays, et depuis peu, par une écriture théâtrale, poétique et romanesque.

Assez tôt, des textes littéraires naissent du terreau mauricien, loin des textes des voyageurs, souvent animés d'une soif d'exotisme.

Clément Charoux, Marcel Cabon, René Noyau, Raymond Chasle, Robert Edward-Hart, Loys Masson, Edouard Maunick et Jean-Georges Prosper, père de l'hymne national mauricien, en anglais, Motherland, expriment, à divers degrés, des thèmes proches de la négritude ou de la difficulté de relations entre les communautés parfois cloisonnées dans des atavismes ou encore la nécessité d'une nation mauricienne. Le visionnaire Malcolm de Chazal fut un des premiers auteurs qui voulut donner à Maurice une ouverture sur ses richesses intrinsèques.